Front and rear seat adjustment system

I finished the seats by reproducing the slide systems that allow the seat to be adjusted forward and backward according to the size of the pilot.

I used 2 mm brass U-profile ordered in a model railroad shop.
One of the profile is glued with epoxy glue on the underside of the seat and another one on the trunk. The adjustment has to be done with care.

In the photos below, the seats are positioned forward and backward. The fixing in position is done with a scratch glued in place in the middle of the support box and the underside of the seat.

Le système d’ajustement en avant et en arrière des sièges

Bonjour,

J’ai terminé les sièges en reproduisant les systèmes de glissières qui permettent d’ajuster le siège en avant et en arrière selon la taille du pilote.

J’ai utilisé du profilé en U de 2 mm en laiton commandé dans une boutique de modélisme ferroviaire.
Un des profilé est collé à la colle epoxy sur le dessous du siège et un autre sur le coffre. L’ajustement est à faire avec précaution.

Sur les photos ci-dessous, les sièges sont positionnés avancés et reculés. La fixation en position est faite avec un scratch collé en place au milieu du coffre support et du dessous du siège.

The front seats

I continued to reproduce the seats to scale to dress my cabin.
Reproducing the front seats, seems more complex than the back seat. Fortunately in the documentary resources provided by the GPPA, I have below the photos and diagram of the seats of the full-size aircraft.

original seat documents of the Potez 58

I have reproduced to scale all the seats, backrests and frames.

Drawing of the seats to scale

To make the frame for the backrest seat, I used 3 mm aluminium tube. It’s easy to bend and shape. However, on a hollow tube, bending leaves marks and dents in the tube. Some people recommend using fine sand to fill the tube and then bend it. Personally, I filled the tubes with water after sealing them with plastic film. Then I placed them in the freezer. After 2 hours, I was able to bend them with flat pliers. You have to go fast because it thaws quickly and leave the following ones in the freezer.

Afterwards, I cut a frame out of 15/10 plywood which will be glued to the frame and the seat of the seat.

The lower seat cushions are made like the back seat. Foam is cut to the right size. I then prepared cutting patterns and cut the fabric. The coupons are sewn on the reverse side and then flipped over like the real cushions.

Afterwards, I glued the seats in place on the plywood frame.

Then I made the backrests the same way I made the seats. The foam is less thick and should not fill the whole cover. Indeed, it will be necessary to connect the cover to the seat frames. This was done by ropes on the size plane. To reproduce this rope, I used sewing thread folded in 4 strands that I came to sew on the frame.

The seat had a front-to-rear adjuster and rested on a trunk. I reproduced this trunk in plywood 10/10. So I cut out the top and sides of the trunk.

Part of the box on which the seat will be placed

The assembly is done upside down with the top placed on a metal plate and held in place with magnetic brackets.

I added the side parts by using metal brackets to wedge them at 90°. The gluing is done with Cyanoacrylate glue. Afterwards, I cut pieces of 5 x 5 balsa wood to reinforce the angles.

The seat support boxes have been painted in dark grey to imitate a metal frame and the seats are placed on top of them. I still have to make the adjustment system with small profiles and seat belts.

Les sièges avant

J’ai continué à reproduire les sièges à l’échelle pour habiller ma cabine.
Reproduire les sièges avant, semble plus complexe que le siège arrière. Heureusement dans les ressources documentaires fournies par le GPPA, j’ai ci-dessous les photos et schéma du grandeur.

original seat documents of the Potez 58

J’ai reproduit à l’échelle l’ensemble des assises, des dossiers et des armatures.

Drawing of the seats to scale

Pour faire l’armature du siège du dossier, j’ai utilisé du tube alu de 3 mm. C’est facile à plier et mettre en forme. Toutefois, sur un tube creux, le pliage laisse des marques et des enfoncements dans le tube. Certains recommandent d’utiliser du sable fin pour remplir le tube et plier ensuite. Personnellement, j’ai rempli les tubes avec de l’eau après les avoir bouchés avec du film plastique. Puis on les place au congélateur. Après 2 heures, j’ai pu les plier avec une pince plate. Il faut aller vite car ça décongèle vite et laisser les suiants au congélateur.

Par la suite, j’ai découpé dans du contre-plaqué 15/10 un cadre su lequel sera collée l’armature et l’assise du siège.

Les assises sont faites comme le siège arrière. De la mousse est découpé à la bonne taille. J’ai ensuite préparé des patrons de découpes et couper le velours. Les coupons sont cousus sur l’envers et ensuite retournés comme pour les coussins réels.

Par la suite, j’ai collé les assises en place sur le cadre en contreplaqué

J’ai ensuite confectionner les dossiers de la même façon que pour les assises. La mousse est moins épaisse et ne doit pas remplir la totalité de la housse. En effet, il faudra relier la housse aux armatures du siège. Ce qui était fait par des cordages sur l’avion grandeur. Pour reproduire ce cordage, j’ai utilisé du fil de couture plié en 4 brins que je suis venu coudre sur l’armature.

Le siège avait un dispositif de réglage avant-arrière et reposait sur un coffre. J’ai reproduit ce coffre en CTP 10/10. J’ai donc découpé le dessus et les côtés du coffre.

Part of the box on which the seat will be placed

L’assemblage est fait à l’envers avec le dessus posé sur une plaque métallique et maintenu avec des équerres aimantés.

J’ai ajouté les parties latérales en utilisant des équerres métalliques pour bien les caler à 90°. Le collage est fait avec de la colle Cyanoacrylate. Par la suite, j’ai découpé des morceaux de baguettes balsa 5 x 5 pour renforcer les angles.

Les coffres supports du sièges sont peints en gris foncé pour imiter une armature métallique et les sièges sont posés dessus. Il me reste à faire le système d’ajustement avec de petits profilés et les ceintures de sécurité

Potez 58: The seats

After a long period of shutdown due to COVID-19 and the confinement period, I worked again on the details of the cockpit of my Potez 58. I am fortunate to have the original documents of the seats . Thanks to Air passion (GPPA) from Angers and its vice president Alban Dury.

The cabin is equipped with 3 seats. Two seats at the front and one passenger seat at the rear. I started with the seat cushions and the choice of foam came up very quickly. I tested the soft, hard foam and even styrodur expanded polystyrene.

For the seat covers, I first tried with skaï.

The result is really not great, firstly because the skaï is too thick for the scale and secondly because me and the sewing makes 2 … Anyway, I glue and I try to fold … But it’s not great. Luckily, Madame comes by and examines my work and gives me some notions of sewing. Then she finds me a piece of thin, smooth velvet and tells me how to make the patterns. In short, I have to reproduce the sewing techniques as they could have been done at the time on the cushions.

As you can see on the pictures above, there were many patterns and followed long evenings of sewing on the wrong side to turn the piece inside out and reproduce the seam on the top as on the real one.

Never has a plane part caused me so much pain. Below are the seat cushions. They’re not as good as I would have liked, but I don’t see how I can do better.

Then I started a trunk that will fit under the rear passenger seat. It’s made with a 15/10 PTC and I used a metal worktop and magnets as a square.

Then I put the pedestal, seat, armrest and backrest on the plane. Everything is put down without gluing and adjusting to see how it looks.

I still have a lot of work to do on the front seats, which are much more complicated with the sliding and replicating system for folding the backrest.

Potez 58 : Les sièges

Après une longue période d’arrêt due au COVID-19 et à la période de confinement, je’ai recommencé à travailler les détails de la cabine de pilotage de mon Potez 58. J’ai la chance d’avoir les documents originaux des sièges. Merci à Air passion (GPPA) d’Angers et à son vice président Alban Dury.

La cabine est équipée de 3 sièges. Deux sièges à l’avant et un siège passager à l’arrière. J’ai commencé par les assises et le choix de la mousse s’est posé très rapidement. J’ai testé la mousse tendre, dure et même le styrodur.

Pour le revêtement, j’ai tout d’abord essayé avec du skai.

Le résultat n’est vraiment pas terrible, d’une part parce que le skaï est trop épais pour l’échelle et d’autre part parce que moi et la couture, ça fait 2…. Bref, je colle et j’essaie de plier … Mais ce n’est pas top. Heureusement, Madame passe par là examine mon travail et me donne quelques notions de coutures. Puis elle me trouve un morceau de velours fin et lisse et m’indique comment faire les patrons. Bref il faut reproduire les techniques de couture comme elles auraient pu être faites à l’époque sur les coussins.

Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessus, il y avait de nombreux patrons et s’en est suivi de longues soirées de couture sur l’envers pour retourner la pièce et reproduire la couture sur le haut comme sur le vrai.

Jamais une pièce ne m’aura autant fait souffrir. Ci-dessous les coussins d’assise. Ils ne sont pas aussi top que ce que j’aurai souhaiter, mais je ne vois pas comment je pourrai mieux faire.

Par la suite, j’ai commencé un coffre qui viendra dessous le siège passager arrière. Il est fait avec un CTP 15/10 et j’utilise un plan de travail métallique et des aimants comme équerre.

Puis j’ai mis le socle, le siège, l’accoudoir et le dossier dans l’avion. Tout est posé sans collage et ajustement pour voir ce que ça donne.

Il reste beaucoup de travail sur les sièges avant bien plus compliqués avec le système de glissière et de reproduction du système pour rabattre le dossier.

A mini indoor Potez 58. Specifications.

Too frustrating to be confined to the house with this damn COVID19. Do not give up, stay at home and above all continue to build.

I am embarking on a new challenge. Make a mini Potez 58 to fly indoors and why not in my living room …. For this second objective, not so confident, but let’s try.

First objective, define the size and mass and therefore calculate the wing loading. If we take in comparison a click from RC factory, we have a wing of 80 cm (31 In) for an average rope of 24 cm (9.4 In), which makes a wing load of 6.25g / dm² (1.5 oz/In²)for an aircraft weight of 120 g (4.23 Ounces) (battery included ) and 7.3g / dm² (1.7 oz/in²) if the mass is 140 g (4.94 ounces). Indoor it can fly really slowly. See the example below of the flight of my click 21. It’s good for a gymnasium, but far too big and fast for a smaller space

My osiris weighs a little less than 100 g (3.5 Ounces) and a wing load of 5.2 g / dm² (1.18 oz/In². See below the video of the flight and the speed difference due to a decrease of few wing loading points. The flight becomes slower. Much slower.

Vol de l’Osiris

So if you want to fly in a small space, you have to gain both weight and size, but by reducing the wing load. Which means, lighten everything and the heaviest, the on-board electronics.

So I took the plans of the initial Potez 58 and I increased the wing chord by 75%.

It is printed in 3 sizes, eg. 35, 41 and 50 cm (13.8, 16.14 and 19.7 In) wingspan. It is the 40 cm (16.14 In) one that I will make first. 27-30 g (0.95 to 1.5 once) is the maximum mass to be obtained so as not to exceed 5 to 5.5 g / dm² (1.14 to 1.25oz/In²)

Un mini indoor Potez 58. Cahier des charges.

Trop frustrant d’être confiné à la maison avec ce maudit COVID19. Ne baissons pas les bras, restons à la maison et surtout continuons à construire.

Je me lance dans un nouveau challenge. Réaliser un mini Potez 58 pour voler en indoor et pourquoi pas dans ma salle à manger….Pour ce second objectif, je ne suis pas sur d’y arriver.

Premier objectif, définir la taille et la masse et donc calculer la charge alaire. Si on prend en comparaison un click de chez RC factory, on a une aile de 80 cm pour une corde moyenne de 24 cm, ce qui fait une charge alaire de 6.25g/dm² pour une masse d’avion de 120 g (accu compris) et de 7.3g/dm² si la masse est de 140 g. En salle ça peut voler vraiment doucement. Voir l’exemple ci-après du vol de mon click 21. C’est bien pour un gymnase, mais bien trop grand et rapide pour un plus petit espace

Mon osiris lui pèse un peu moins de 100 g et à une charge alaire de 5.2 g/dm². Voyez avec la vidéo du vol, la différence de vitesse du à une diminution de 1 à 2 points de charge alaire. Le vol devient plus lent. Beaucoup plus lent.

Vol de l’Osiris

Donc si on veut voler dans un faible espace, il faut à la fois gagner en poids et en taille, mais en diminuant la charge alaire. Ce qui veut dire, alléger tout et ce qui est le plus lourd et l’électronique embarqué.

J’ai donc repris les plans du Potez 58 initial et j’ai augmenté fortement de 75 % la corde de l’aile.

Il est imprimé en 3 tailles. Soit 35, 41 et 50 cm d’envergure. C’est celui de 40 cm que je vais réaliser en premier. 27-30 g est la masse maximum à obtenir pour ne pas dépasser les 5 à 5.5 g/dm²

Ignition, the magneto

And yes, the magneto which allows ignition when starting the engine on large aircraft is not yet reproduced on the dashboard. It is located on the far left; the number 1 on the photo below and you can see that it is missing on my reproduction.

below is an enlarged photo of the instrument of the 30’s period

It should be 6 mm in diameter. To start, I cut a 6 mm thick aluminum tube which I filled with balsa glued in the tube and a 7 mm washer to make the base.

The whole is sanded and presented on the scale board. Likewise, the magneto contact is printed on the right scale.

It remains to stick the washer, the tube filled with balsa and the image of the ignition.

The handle of the contactor is made in a piece of ABS of 5 mm long which is painted in silver color before being glued.The rivets are made with white glue and I used a carbon rod dipped in paint to paint them as precisely as possible

Le magnéto « contact »

Et oui, le magnéto qui permet le contact lors de la mise en route du moteur sur les avions grandeur n’est pas encore reproduit sur la planche de bord. Il se situe à l’extrême gauche; le numéro 1 sur la photo ci-dessous et vous pouvez voir qu’il est manquant sur ma reproduction.

Voici une photo agrandie de l’instrument de l’époque.

Il devra faire 6 mmm de diamètre. Pour commencer, j’ai coupé un tube alu en 6 mm d’épaisseur que j’ai rempli de balsa collé dans le tube et une rondelle de 7 mm pour faire la base du contact

Le tout est poncé et présenté sur le tableau à l’échelle. De même le contact magnéto est imprimé à la bonne échelle.

Reste à coller la rondelle, le tube rempli de blasa et l’image du contact par dessus.

La poignée du contacteur est faite dans un morceau d’ABS de 5 mm de long qui est peint en couleur argent avent d’être collé.Les rivets sont faits à la colle blanche et j’ai utilisé un jonc de carbone trempé dans la peinture pour les peindre avec le plus de précision possible