Le cockpit suite

Après en avoir terminé (pour le moment) avec les sièges, je poursuis les détails du cockpit et notamment une série de bouton poussoir présent sur une planche inférieure du tableau de bord (voir cercle rouge)

La photo originale de l’avion de 1936. The original photo on the 1936 plane

On voit qu’il est équipé d’un instrument indiquant la pression d’huile et 4 boutons poussoir, 3 sur la partie juste en dessous de la planche de bord et un sur la partie la plus basse en dessous le tableau de bord.

Les boutons poussoirs sont fait à partir de tube alu de 1 mm et de rond découpés dans du balsa de 1.5 mm.

Le coffrage de la partie inférieure est aussi réalisé en balsa et contre plaqué pour la partie en facade supportant le manomètre de pression d’huile. De l’enduit nitrocellulosique est posé sur l’ensemble des éléments en bois.

Enduit cellulosique sur les parties en bois. Cellulose dope layed on wood parts

Une couche de primer pour bien coucher les pores avant de peindre les différents éléments.

Dépôt d’une couche d’enduit garnissant. Deposition of a layer of primer.

Le bloc de coffrage est peint en noir. J’ai découpé une rondelle métallique pour faire le contour de l’instrument et la partie en facade est collée sur le bloc de coffrage. Cette partie est percée pour recevoir les boutons poussoirs.

Les tubes métalliques sont insérés dans le balsa arrondi qui représente le bouton. Le bouton quant à lui a été peint avec de la peinture argent

Vient le collage des boutons sur la facade et le coffrage. Le 4ème bouton est ajouté sur la partie basse inclinée.

La planche avec les instruments de bords ainsi que la partie réalisée ci-dessus sont collées en place dans l’avion..

A noter que les photos sont prises en gros plan et font apparaître tous les défauts qui sont moins visibles à l’œil nu.

Le système d’ajustement en avant et en arrière des sièges

Bonjour,

J’ai terminé les sièges en reproduisant les systèmes de glissières qui permettent d’ajuster le siège en avant et en arrière selon la taille du pilote.

J’ai utilisé du profilé en U de 2 mm en laiton commandé dans une boutique de modélisme ferroviaire.
Un des profilé est collé à la colle epoxy sur le dessous du siège et un autre sur le coffre. L’ajustement est à faire avec précaution.

Sur les photos ci-dessous, les sièges sont positionnés avancés et reculés. La fixation en position est faite avec un scratch collé en place au milieu du coffre support et du dessous du siège.

Les sièges avant

J’ai continué à reproduire les sièges à l’échelle pour habiller ma cabine.
Reproduire les sièges avant, semble plus complexe que le siège arrière. Heureusement dans les ressources documentaires fournies par le GPPA, j’ai ci-dessous les photos et schéma du grandeur.

original seat documents of the Potez 58

J’ai reproduit à l’échelle l’ensemble des assises, des dossiers et des armatures.

Drawing of the seats to scale

Pour faire l’armature du siège du dossier, j’ai utilisé du tube alu de 3 mm. C’est facile à plier et mettre en forme. Toutefois, sur un tube creux, le pliage laisse des marques et des enfoncements dans le tube. Certains recommandent d’utiliser du sable fin pour remplir le tube et plier ensuite. Personnellement, j’ai rempli les tubes avec de l’eau après les avoir bouchés avec du film plastique. Puis on les place au congélateur. Après 2 heures, j’ai pu les plier avec une pince plate. Il faut aller vite car ça décongèle vite et laisser les suiants au congélateur.

Par la suite, j’ai découpé dans du contre-plaqué 15/10 un cadre su lequel sera collée l’armature et l’assise du siège.

Les assises sont faites comme le siège arrière. De la mousse est découpé à la bonne taille. J’ai ensuite préparé des patrons de découpes et couper le velours. Les coupons sont cousus sur l’envers et ensuite retournés comme pour les coussins réels.

Par la suite, j’ai collé les assises en place sur le cadre en contreplaqué

J’ai ensuite confectionner les dossiers de la même façon que pour les assises. La mousse est moins épaisse et ne doit pas remplir la totalité de la housse. En effet, il faudra relier la housse aux armatures du siège. Ce qui était fait par des cordages sur l’avion grandeur. Pour reproduire ce cordage, j’ai utilisé du fil de couture plié en 4 brins que je suis venu coudre sur l’armature.

Le siège avait un dispositif de réglage avant-arrière et reposait sur un coffre. J’ai reproduit ce coffre en CTP 10/10. J’ai donc découpé le dessus et les côtés du coffre.

Part of the box on which the seat will be placed

L’assemblage est fait à l’envers avec le dessus posé sur une plaque métallique et maintenu avec des équerres aimantés.

J’ai ajouté les parties latérales en utilisant des équerres métalliques pour bien les caler à 90°. Le collage est fait avec de la colle Cyanoacrylate. Par la suite, j’ai découpé des morceaux de baguettes balsa 5 x 5 pour renforcer les angles.

Les coffres supports du sièges sont peints en gris foncé pour imiter une armature métallique et les sièges sont posés dessus. Il me reste à faire le système d’ajustement avec de petits profilés et les ceintures de sécurité

Potez 58 : Les sièges

Après une longue période d’arrêt due au COVID-19 et à la période de confinement, je’ai recommencé à travailler les détails de la cabine de pilotage de mon Potez 58. J’ai la chance d’avoir les documents originaux des sièges. Merci à Air passion (GPPA) d’Angers et à son vice président Alban Dury.

La cabine est équipée de 3 sièges. Deux sièges à l’avant et un siège passager à l’arrière. J’ai commencé par les assises et le choix de la mousse s’est posé très rapidement. J’ai testé la mousse tendre, dure et même le styrodur.

Pour le revêtement, j’ai tout d’abord essayé avec du skai.

Le résultat n’est vraiment pas terrible, d’une part parce que le skaï est trop épais pour l’échelle et d’autre part parce que moi et la couture, ça fait 2…. Bref, je colle et j’essaie de plier … Mais ce n’est pas top. Heureusement, Madame passe par là examine mon travail et me donne quelques notions de coutures. Puis elle me trouve un morceau de velours fin et lisse et m’indique comment faire les patrons. Bref il faut reproduire les techniques de couture comme elles auraient pu être faites à l’époque sur les coussins.

Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessus, il y avait de nombreux patrons et s’en est suivi de longues soirées de couture sur l’envers pour retourner la pièce et reproduire la couture sur le haut comme sur le vrai.

Jamais une pièce ne m’aura autant fait souffrir. Ci-dessous les coussins d’assise. Ils ne sont pas aussi top que ce que j’aurai souhaiter, mais je ne vois pas comment je pourrai mieux faire.

Par la suite, j’ai commencé un coffre qui viendra dessous le siège passager arrière. Il est fait avec un CTP 15/10 et j’utilise un plan de travail métallique et des aimants comme équerre.

Puis j’ai mis le socle, le siège, l’accoudoir et le dossier dans l’avion. Tout est posé sans collage et ajustement pour voir ce que ça donne.

Il reste beaucoup de travail sur les sièges avant bien plus compliqués avec le système de glissière et de reproduction du système pour rabattre le dossier.

Suite et fin de la construction du planeur lancé-main, plan Lucas Leprêtre.

J’ai terminé la construction du planeur lancé Main en dépron. J’ai tot d’abord continué en découpant 2 rectangles de dépron en 3 mm que j’ai poncés et collés sur le fuselage. Ils serviront d’assis pour recevoir l’aile.

L’aile avec la colle chaude est alors mise en place sur le fuselage.

L’ensemble pèse 48 g à ce stade et commence à ressembler à un joli petit planeur

L’étape suivante consiste à creuser l’ogive et coller en place les servos de profondeur et de dérive.

Les commandes sont en carbone de 1 mm et fixées au fuselage par des collier rilsan et des gaines plastiques. La fixation du capot est faite par 2 aimants rhéodynes

L’avion est terminé. Il pèse 80 g sans l’accu. Reste les essais de centrage et les premiers vols.

Construction d’un planeur lancé main, plan Lucas Lepretre

Lucas, un ami sur Facebook a publié il y a quelques jours une vidéo d’une de ses constructions et du vol d’un planeur lancé main « LLD »glider / DLG depron DIY ».

Ce planeur fait 80 cm d’envergure et le plan est disponible sur la page you tube de Lucas. Après quelques échanges de messages pour avoir quelques détails techniques, c’est décidé, je me lance dans la construction. Je suis d’autant plus motivé, que lors de la reprise des activités clubs, un membre est venu voler au terrain avec un autre lancé main et j’ai adoré.

Première étape, impression et assemblage du plan et découpe des pièces sur du dépron de 3 et 6 mm.

L’aile est faite dans du dépron de 6 mm et est poncé pour donner un profil à l’aile. Pour ce faire, je m’appuie sur le bord droit d’une table et je délimite la zone de transition entre le bord d’attaque et le bord de fuite.

L’ogive est poncée également pour lui donner une forme arrondie. J’ai ajouté au plan original de Lucas, une partie supérieure à l’ogive pour former un capot au dessus de l’électronique qui sera installée dans l’ogive.

Un peu de décoration des ailes, avec la peinture verte pour enfant, passée au pinceau.

J’ai ensuite rajouté des plats de carbone de 3 x 1 mm dans les ailes, le stabilisateur et la dérive pour renforcer. L’aile est collée avec un dièdre à 8° et la dérive mise en place sur la poutre du fuselage. Cette dernière est une baguette de bois dur de 5 x 5.

Il me reste à recouvrir le dépron d’un film de lamination pour le protéger, finir l’assemblage et installer la radio